L'urbanisme et la planification

Alain Bertaud

ESSAI. L'activisme des urbanistes peut se transformer peu à peu en une tyrannie mesquine qui étouffe l'économie d'une ville.

Les maires et les urbanistes sont constamment à la recherche de nouveaux slogans pour démontrer leur créativité. Les maires doivent maintenant avoir une «vision» au lieu d'être simplement prévoyants et bons gestionnaires du capital représenté par l'infrastructure et les équipements urbains. Cette confusion dans la mission des maires est souvent promue par les urbanistes qui considèrent que la ville est un objet qui doit être conçu à l'avance par des spécialistes géniaux et imposé au nom de l'efficacité aux habitants qui eux n'ont ni vision ni génie.

Ces dernières années la vision des maires s'est exprimée par des qualifiants qui changent comme la mode : le développement durable, la ville intelligente, la ville résiliente, la ville vivable, et plus récemment, la ville post-pandémique. Ces slogans avaient l'avantage d'avoir une connotation positive sans engager une obligation quantifiable de la part du politicien. Personne ne peut être contre le développement durable ou la ville intelligente. Mais aucun indicateur n'existe pour prouver qu'une politique urbaine assure le développement durable plus qu'une autre.

Dans cette contribution, nous nous intéressons à un exemple concret d'utopie urbaine : la ville de 15 minutes.

Lire l'essai:
La dernière utopie urbaine : la ville de 15 minutes
(11 pages, PDF)

Juin 2021

liberale-kultur category logo