Liberales Institut im Dienst der Freiheit

Institut Libéral
Place de la Fusterie 7
1204 Genève, Suisse
Tél.: +41 (0)22 510 27 90
Fax: +41 (0)22 510 27 91

Les droits de propriété, fondement de la prospérité

La Finlande ouvre le classement de l'indice international 2016, suivie de la Nouvelle-Zélande et du Luxembourg.

Des 128 pays analysés dans l'indice annuel des droits de propriété dans le monde, la Finlande, avec 8,38 points sur un maximum de 10, s'avère le pays qui protège le mieux la propriété. Suivent dans le classement la Nouvelle-Zélande (8,27), le Luxembourg (8,26), la Norvège (8,25) et la Suisse (8,16). Les dernières positions sont occupées par le Venezuela (2,73), Myanmar (2,76), le Bangladesh (2,77) et Haïti (2,84).

L'indice international des droits de propriété, publié par la Property Rights Alliance, dont l'Institut Libéral est l'organisation partenaire pour la Suisse, mesure la sécurité juridique et politique, la protection de la propriété intellectuelle et la protection de la propriété matérielle. La reconnaissance des droits de propriété des individus est aussi essentielle pour la prospérité économique que pour la justice sociale.

Les résultats montrent que le quintile des pays affichant le plus haut degré de protection de la propriété bénéficient en moyenne d'un revenu par habitant 21 fois plus élevé que le quintile des pays les plus réprimés et fermant le classement de l'indice international. Des droits de propriété sécurisés ont donc une incidence directe sur le niveau de vie d'une population.

La Suisse pourrait faire mieux. Alors qu'elle se situait encore en 2013 au quatrième rang mondial, en 2014 au cinquième rang et l'an dernier en sixième position, elle regagne un peu de terrain en repassant au cinquième rang en 2016, améliorant son indice de 0,06 point à 8,16 points. Après les incertitudes liées à la sphère privée des déposants bancaires, la sécurité juridique et politique a augmenté de 8,5 à 8,67 points. La protection de la propriété matérielle, également mise à mal par l'acceptation de l'initiative démagogique, centralisatrice et anticonstitutionnelle sur les résidences secondaires, s'est légèrement améliorée de 7,5 à 7,56 points. La protection de la propriété intellectuelle a passé de 8,1 à 8,25 points.

Parmi les cas d'étude accompagnant l'indice cette année, il est démontré comment la Chine et l'Inde, en partie grâce à un meilleur cadre juridique, à travers la protection de la propriété intellectuelle, ont pu attirer davantage de spécialistes étrangers, de capital et d'expertise technique dans le domaine pharmaceutique, et améliorer leur potentiel d'innovation par ce biais.

Un autre cas d'étude se penche sur le secteur de la construction en Égypte. Les prix élevés du terrain, les processus compliqués d'enregistrement, les droits limités des grands investisseurs de posséder du terrain et l'opacité des autorités étatiques compétentes, entravent sérieusement l'activité de construction légale. C'est pourquoi le secteur privé de la construction a toutes les peines à se développer.

Consulter l'étude:
International Property Rights Index

14 novembre 2016